Petit poême

Archerot

Toi l’archer à la corde sensible

Quand de ton cœur elle a fait sa cible

Tu reçus chaque jour

Une flèche d’amour.

Brandissant l’arc en ciel

Cupidon s’employait

A enivrer de miel

La colombe de paix.

Tu disais être roi

Et abattre l’oiseau

Mais le son de sa voix

Répondait blanc berceau.

Ebloui par son corps,

Arpentant le beursault

Tu cherchais le marmot

Pour un noir valant l’or.

Tu voulais te montrer insensible

Mais la fièvre était perceptible.

Sans cesse elle transperçait jaune et chapelet.

Aujourd’hui votre fils est sacré roitelet

Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *